Votre navigateur web est obsolète. Cela pourrait affecter le bon fonctionnement du site.

Commandé avant 19h00, expédié le jour même
Expédition gratuite à partir de 50 €
Periode de retour rallongée jusqu'au 31 janvier 2023
Nos clients nous donnent une note de 4.7/5

Nitecore HC68 | Évaluation de l'expert Koen van der Jagt

Nitecore est célèbre pour ses innovations. Ils sortent régulièrement des articles qui ne cessent de nous surprendre. Et la nouvelle HC68 ne fait pas exception à la règle ! Dans cette évaluation, je vous explique ce qui la rend si spéciale et ce que j'en pense !

Contenu

avec la HC68, Nitecore a sorti une lampe très surprenante

Mes premières impressions :

La HC68 est livrée dans un petit emballage en carton compact, qui est assez difficile à ouvrir (si on ne veut pas tout déchirer). Dans cet emballage, on trouve, en plus de la lampe, quelques accessoires : un câble de chargement et un joint torique de rechange. C'est suffisant, surtout que la batterie incluse est opérationnelle dès le premier chargement.

le contenu de l'emballage est suffisant pour l'utiliser immédiatement

La HC68 est entièrement faite en métal et ça se sent bien : la lampe est assez lourde par rapport à sa taille et pèse 165 grammes, bandeau et batterie inclus. L'utilisation de ce matériau est nécessaire étant donnée la puissance exceptionnelle de cette lampe, qui fait qu'elle génère beaucoup de chaleur. La qualité de fabrication et la finition correspondent à ce que l'on attend de Nitecore, tout est parfait. La double tête de lampe avec une lentille/réflecteur profond et l'autre moins profond, est un détail surprenant. On y trouve deux LED identiques SST-40-W. C'est assez intéressant de pouvoir tester la différence entre les deux réflecteurs en matière de faisceau. Je vous montrerai le résultat en images à la fin de cet article ! Entre les deux lampes, on trouve deux petites LED avec un minuscule point rouge au centre : ces LED produisent le faisceau rouge. Les petits capuchons de chaque côté semblent identiques, mais ce ne sont pas les mêmes : celui de gauche permet de bien fermer le compartiment de la batterie, et celui de droite renferme un interrupteur. Sur le dessus de la lampe frontale, on trouve un double interrupteur en caoutchouc avec un bouton "plus" et un bouton "moins", qui permet de régler l'intensité lumineuse.

la HC68 est faite entièrement en métal, elle est assez lourde
deux LED SST-40-W entre lesquelles se trouvent deux petites lampes rouges

Tout cela considéré, la HC68 m'a laissé une excellente première impression ; elle est bien solide et côté style, elle sort des sentiers battus.

Quand et comment l'utiliser :

La HC68 est très polyvalente grâce à ces modes d'éclairage puissants et à son faisceau modifiable. Cela en fait un accessoire très pratique lorsque l'on bricole, part camper ou à avoir sur soi quand on part à l'aventure. Le faisceau rouge basse luminosité est idéal quand on fait de la photographie nocturne ou pour lire une carte ; le mode rouge clignotant peut servir de balise. Même lors d'une mission de recherche, on peut adapter la HC68 en activant son faisceau le plus puissant, avec une plus longue portée.

la HC68 dispose de plusieurs modes de lumière rouge dont un mode clignotant

Mon avis sur la manipulation et le confort de la HC68 :

J'ai toujours l'habitude de complètement charger la batterie d'une lampe avant de l'essayer. Le port USB-C de la HC68 est dissimulé sous un capuchon à vis avec joint torique, qui assure l'étanchéité complète (IP68) de la lampe. Personnellement, j'ai eu du mal à dévisser ce capuchon sur ma lampe ; cela aide de tirer légèrement sur ce dernier en le dévissant. Le chargement est ensuite assez simple : une fois que la LED bleue du bouton de mode d'éclairage reste fixe, la batterie est pleine. Cela prend assez longtemps de recharger complètement une batterie vide (environ 3 heures). Si vous trouvez cela trop long, envisagez d'acheter une batterie de rechange. Faites juste attention à en choisir une qui a la bonne capacité et puissance. Cette lampe peut également fonctionner avec une paire de piles CR123A, mais vous n'avez alors pas assez de puissance pour utiliser les modes les plus élevés.

le port de chargement USB est dissimulé sous un bouton à vis

On peut vérifier le statut de chargement de deux manières. En appuyant brièvement sur le bouton de mode pour un aperçu rapide ; la HC68 clignote une fois si elle est presque vide, ou 3 fois si la batterie est pleine. Mais on peut également vérifier le statut de la batterie à 0,1 volt près ! Pour ce faire, il faut retirer puis replacer la batterie dans la lampe. Il s'agit d'une option que l'on retrouve sur de nombreux modèles Nitecore. Le bandeau est facile à régler et la lampe est rapide à installer. J'aurais aimé un système permettant de resserrer rapidement le bandeau. Surtout quand on l'utilise sur une longue période, c'est pratique de pouvoir resserrer le bandeau d'un geste, pour qu'il reste toujours bien en place.

le bandeau permet à la HC68 de bien rester en place ; on passe facilement d'un mode à l'autre grâce à l'interrupteur plus/moins

L'interrupteur, très accessible, permet d'allumer ou d'éteindre la HC68 d'un clic. Ensuite, on utilise les boutons "plus" et "moins" pour naviguer entre les différents modes d'éclairage. La HC68 dispose d'une interface unique et bien pensée ; de plus, les possibilités sont nombreuses. Une fois la lampe allumée, on navigue entre les modes présélectionnés, pour augmenter ou diminuer la luminosité. Pratique ! De plus, on peut combiner ou alterner les deux LED (focalisée ou large) d'un clic, en maintenant le bouton "plus" ou "moins" enfoncé. Vous pouvez donc créer votre faisceau idéal, et même le garder en mémoire, car la HC68 conserve toujours le dernier mode utilisé. On accède au mode le plus élevé et le plus bas une fois la lampe éteinte, en maintenant le bouton "plus" ou "moins" enfoncé lorsque vous allumez la lampe. Souhaitez-vous avoir directement un faisceau très puissant ? En maintenant l'interrupteur principal enfoncé, vous activez le mode turbo. Ce mode ne peut être utilisé que pendant une minute, car la lentille a tendance à beaucoup chauffer. Une fois la lampe éteinte, vous pouvez accéder aussi aux modes spéciaux grâce à un double clic : deux modes de lumière rouge et un clignotant, un mode balise blanche et un mode SOS. Ces modes supplémentaires et très utiles ne sont jamais conservés en mémoire par la lampe.

Vous voyez, cette lampe offre de très nombreuses possibilités, avec seulement quelques boutons simples. La possibilité d'augmenter et de diminuer la luminosité aussi simplement me plait beaucoup ! J'aimerais la retrouver sur d'autres lampes de poche.

les deux différents faisceaux peuvent être combinés ou utilisés séparément

Ce que j'aime chez la Nitecore HC68 :

Cette lampe offre de nombreuses possibilités, tout en restant simple d'utilisation. La navigation entre les modes d'éclairage et les différentes luminosités est une option unique et très pratique.

Points à améliorer :

Le port de chargement USB est assez difficile d'accès, sous ce capuchon à vis. Cette lampe frontale est assez lourde, et elle risque de devenir inconfortable à long terme. J'aurais aimé que Nitecore équipe cette lampe d'un système de serrage rapide du bandeau, pour améliorer le confort de port.

Et le rapport qualité-prix ?

Pour être honnête, les articles Nitecore ne sont pas les plus accessibles du marché. D'un autre côté, cette marque a fait ses preuves avec des lampes et accessoires innovants et d'excellente qualité. Selon moi, c'est également le cas de cette HC68 : une lampe frontale complètement étanche et très polyvalente. Je pense que son prix est justifié.

Mon "bilan"

Une lampe frontale assez lourde, avec de nombreuses possibilités et une interface facile d'utilisation. La lentille a tendance à vite chauffer sur les modes les plus élevés, et le port de chargement est difficile à ouvrir. Cette lampe frontale peut s'utiliser dans de nombreuses situations, du camping au bricolage.

Enfin, les photos test :

Pour finir, voici ce que vous attendez tous : les photos test du faisceau. J'ai choisi un grand jardin dans une région vallonnée et boisée. Étant donné que je prends toutes les photos avec les mêmes réglages, les modes d'éclairages les plus bas sont difficiles à voir. Un véritable mode "moonlight", qui est surtout utile à l'intérieur. Pour faire court, j'ai juste utilisé les modes programmés. On voit bien la différence entre le faisceau focalisé et le faisceau large.

Ci-dessous, voici d'autres photos avec la HC68 à pleine puissance, avec les deux faisceaux combinés. Veuillez noter les différences avec le mode le plus élevé mais juste en faisceau focalisé (ci-dessous) : le point central est moins intense, mais l'arbre à droite est mieux éclairé.

On voit clairement la bonne portée de la HC68 !

Comme prévu, les modes de lumière rouge n'éclairent pas très loin. Mais on peut quand même bien discerner la cabane de jardin blanche à environ 5 mètres, surtout avec le mode le plus élevé.

Enfin, une photo bonus : un puits de mine abandonné dans les Ardennes. La HC68 révèle tous les secrets de la grotte obscure !

Koen van der Jagt

Dès son plus jeune âge, Koen a commencé à s'intéresser aux lampes, fils électriques et piles. Enfant, il était toujours en train de bricoler des dynamo, des lampes de vélo et des boîtes électriques. Les ampoules krypton et halogènes ont été remplacées ces dernières années par des LED. Il y a quelques années, il a découvert le matériel professionnel. Ses marques de prédilection sont Led Lenser et Fenix. La photographie est aussi l'un de ses hobbys. En plus de la nature et de la météorologie, Koen aime montrer aux autres ce qu'une lampe peut faire et à quoi ressemble son faisceau la nuit. Les tests de Koen sont souvent placés sur des forums tels que candlepowerforums.com et taschenlampen-forum.de. Au fil des années, Koen a rassemblé des lampes dans pratiquement toutes les catégories : des petites et compactes aux énormes bombes lumineuses.