Couteau de survie vs couteau de bushcraft

Couteau de survie vs couteau de bushcraft : quelles différences entre ces deux types populaires de couteaux outdoor, et quels points communs ? Nous les avons comparés afin de mettre en évidence leurs caractéristiques.

Avertissement

Commençons d'emblée par un avertissement. Le bushcraft et la survie sont deux activités assez similaires et parfois amalgamées. Par conséquent, cet article abordera ces deux activités outdoor selon notre propre conception. Par ailleurs, les termes couteau de survie et couteau de bushcraft peuvent avoir beaucoup de significations différentes. Ici encore, nous nous appuierons sur nos définitions, principalement basées sur les milliers de clients que nous avons pu aider dans leurs choix au fil des ans.

Survie vs Bushcraft

Il est impossible de comparer les deux types de couteaux sans d'abord comparer les deux activités concernées. Dans les grandes lignes, le bushcraft consiste à vivre dans la nature, en choisissant de se retirer dans la forêt et en fabriquant soi-même tout ce dont on a besoin pour son confort. Il s'agit d'un passe-temps. En pratique, il est donc question de randonnée ou d'escapade en forêt, sans situations d'urgence.

La survie, quant à elle, est une activité orientée sur la survie en milieu naturel. En principe, il s'agit donc de réussir à sortir de la forêt le plus rapidement possible. Il n'y a pas ici de place pour le confort. Les affaires dont on dispose doivent être utiles et efficaces. En pratique, il s'agit donc généralement de militaires et d'amateurs de la survie, qui veulent se mettre à l'épreuve en se faisant larguer au beau milieu de la forêt avec un équipement minimal. Bien sûr, cela peut également constituer un loisir, mais l'approche est clairement différente de celle du bushcraft.

La robustesse du couteau outdoor

Un critère essentiel, en particulier pour les couteaux de survie, est la robustesse. En effet, dans une situation de survie, un couteau doit impérativement être fiable. Un couteau qui faillit peut en effet vous coûter la vie. Ce genre de situation sera moins fréquente dans le contexte du bushcraft. Par conséquent, un couteau de survie doit être réellement solide.

Il doit aussi disposer d'une lame suffisamment épaisse, et en tout cas proportionnelle à la longueur du couteau. Si un couteau de survie compact sera parfaitement efficace avec une lame relativement fine, un couteau plus long aura souvent tendance à être utilisé de manière plus intensive, ce qui augmente les risques d'endommagement de manière exponentielle. À ce propos, il convient de noter qu'un couteau n'est pas une hache, aussi magnifiques que puissent être les vidéos Youtube montrant un couteau fendant d'énormes blocs de bois

Nous déconseillons les manches en bois, le bois pouvant se fendre ou travailler. Bien sûr, ce problème pourrait être résolu par l'utilisation de bois stabilisé, mais il existe des matières plus adaptées si notre survie en dépend. Nous préférerons alors du G10, du micarta ou un solide plastique renforcé de fibre.

Évidemment, un couteau de bushcraft ne risque pas non plus de tomber pas en morceaux à la première brise. Il s'agit simplement de faire un compromis entre ce à quoi un couteau peut résister et les possibilités qu'il offre. Ainsi, une lame plus fine rendra le couteau plus adapté à la coupe de fruits et légumes. De même, un manche en bois conviendra très bien à des circonstances normales. En revanche, personne ne souhaite voir son couteau devenir inutilisable suite à une chute dans les rochers.

Woodcraft

L'une des activités pratiquées dans le bushcraft est le woodcraft. Il s'agit du travail du bois visant à réaliser des outils et des accessoires permettant d'améliorer le confort du séjour en forêt. Un exemple serait la fabrication d'une crémaillère permettant d'accrocher une casserole ou une marmite au-dessus d'un feu. D'autres exemples peuvent inclure la confection de sardines pour une tente ou d'une claie de portage en guise de sac à dos. Pour le travail du bois, un couteau de bushcraft un peu plus subtil s'avèrera plus maniable qu'un couteau de survie plus robuste et plus épais. Les amateurs de bushcraft opteront aussi souvent pour un couteau avec un aiguisage scandi ou bombé, qui se prêteront à merveille à la sculpture du bois.

Bien sûr, un couteau de survie, à l'émouture généralement plate, permettra aussi de sculpter le bois. De nombreux couteaux de bushcraft possèdent d'ailleurs également une émouture plate.

L'ergonomie du couteau outdoor

En ce qui concerne l'ergonomie, les points importants diffèreront également. Une bonne prise est essentielle sur un couteau de survie, afin de ne jamais se blesser par accident. Un couteau de bushcraft, quant à lui, sera davantage tourné vers l'ergonomie. Après tout, sculpter son équipement de camping prend du temps. Mieux vaut donc éviter d'avoir des ampoules aux mains au bout d'un quart d'heure.

L'acier du couteau de bushcraft ou de survie

L'un des points communs des deux types de couteaux est l'acier, relativement similaire. Les deux catégories utilisent beaucoup l'acier au carbone. Dans le domaine de la survie, cela s'explique par la robustesse et la facilité d'aiguisage avec un minimum de moyens. Du côté du bushcraft, la facilité d'aiguisage est également appréciée, même s'il s'agira davantage d'un confort d'utilisation que d'une nécessité.

De plus, un couteau de survie en acier au carbone ou en acier à outils sera un peu plus flexible et solide qu'un acier inoxydable. En situation d'urgence, le couteau doit pouvoir plier, mais jamais se briser. Dans ce contexte, le fait que l'acier au carbone ne soit pas entièrement inoxydable est un petit prix à payer. Il suffit d'être conscient de ce que son couteau peut supporter ou non. La variante la plus connue est l'acier au carbone 1095, utilisé par de nombreuses marques. L'acier CPM 3V, quant à lui, est très robuste et résiste un peu mieux à l'oxydation.

Le format du couteau outdoor

Plus haut dans cet article, nous avons évoqué plusieurs points fortement liés à la préférence de l'utilisateur. Cela est particulièrement valable pour le format du couteau.

On peut cependant noter les tendances suivantes pour les couteaux de bushcraft : Les couteaux de bushcraft les plus populaires ont une lame d'une longueur située entre 9 et 13 centimètres, la majorité étant comprise entre 10 et 11 centimètres. Cette longueur est appréciée du fait qu'elle permet à la main de rester relativement proche de la pointe et donc de conserver un bon contrôle. Dans le même temps, une lame d'environ 10 centimètres est également suffisamment longue pour permettre de fendre du bois.

La longueur des couteaux de survie est plus variable, les couteaux populaires ayant des lames de 7 à 18 centimètres. Une sacrée différence. Les tailles inférieures s'expliquent par les petits couteaux apparentés à des couteaux de cou et servant de couteaux de secours. Les couteaux de taille supérieure, quant à eux, servent au travail plus intensif, tel que la coupe de grosses branches ou de troncs. Tout dépend alors des préférences personnelles ainsi que de l'endroit où le couteau est porté. Il convient également de tenir compte du poids. S'il faut marcher des dizaines de kilomètres pour rejoindre le monde civilisé, la différence entre un couteau de 75 grammes et un couteau de 500 grammes se fera forcément sentir.

La forme de lame du couteau outdoor

Pour ce qui est de la forme de la lame, les choix sont de nouveau très similaires. Le drop-point constitue le choix le plus répandu, tout simplement parce qu'il s'agit de la forme la plus populaire pour les couteaux de poche et outdoor de manière générale. Et ce n’est pas pour rien. Une lame drop-point moyenne regroupe toutes les formes et propriétés que l'on recherche dans un couteau. Une pointe acérée, un "ventre" dans le fil ainsi qu'une partie droite.

Outre le drop-point, le clip-point est également une forme assez commune, notamment dans le domaine de la survie. Si, à l'origine, le clip-point est une forme de lame très populaire pour la chasse, on le retrouve aussi souvent sur des couteaux plus tactiques. C'est pour cette raison qu'on le retrouve souvent sur les couteaux de survie, qui ont beaucoup de points communs avec les couteaux militaires. En revanche, le clip-point ne présente généralement pas d'avantages ou d'inconvénients particuliers par rapport au drop-point. On pourrait éventuellement dire que certains clip-points disposent d'une pointe légèrement plus fine ou pointue, ce qui les rend adaptés au travail de précision.

Côté survie, on retrouve occasionnellement d'autres formes de lame, comme les formes tanto, kukri ou sheepsfoot (pied de mouton), des exceptions bien plus rares sur les couteaux de bushcraft.

L'étui du couteau outdoor

Pour finir, nous aimerions aborder l'étui. Pour le bushcraft, toutes les matières seront tout à fait convenables. De manière générale, on note une préférence pour le cuir, qui offre un caractère plus naturel, mais il ne s'agit en aucun cas d'une condition indispensable.

Dans le contexte de la survie, les besoins sont légèrement différents, car conditionnés par une bonne résistance aux éléments et la nécessité d'une excellente rétention. En effet, il importe d'éviter qu'un étui en cuir ne se déchire en raison d'une grosse pluie ou d'une glissade le long d'une paroi rocheuse. C'est pourquoi les utilisateurs de couteaux de survie optent bien souvent pour un étui en kydex ou en plastique. En effet, une bonne rétention est indispensable pour ne pas perdre le couteau. Le couteau doit donc avoir une bonne tenue dans l'étui. De même, une courroie supplémentaire peut parfois faire des miracles. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les étuis, vous pourrez trouver ici plus d'informations sur les étuis pour couteaux.

Couteau de survie et/ou couteau de bushcraft ?

En conclusion, nous aimerions insister de nouveau sur le fait que de nombreux couteaux sont très bien adaptés aux deux domaines. Il existe des couteaux spécifiquement conçus pour être des couteaux de bushcraft mais répondant également aux critères du couteau de survie, et vice versa. La préférence personnelle joue également un rôle important, certaines personnes ne jurant par exemple que par l'aiguisage en scandi pour leur couteau de survie, alors qu'il s'agirait plutôt d'un aiguisage typique du bushcraft. À l'inverse, certains adeptes du bushcraft préfèrent parfois un couteau plus robuste et plus épais pour couper leur bois, bien que la majorité d'entre eux opte plutôt pour une hache.

Nous vous conseillons donc de tester pour voir ce qui vous convient le mieux. On peut trouver, y compris dans le segment entrée de gamme, de nombreux couteaux outdoor spécifiques permettant d'essayer de nouveaux outils moyennant un investissement relativement faible. Cela ne pourra qu'enrichir votre expérience.

Thèmes liés
Expédition
colissimo
gls
dhl
Retrait
ups
Moyens de paiement
payment-cartebancaire
payment-cartebleuevisa
payment-bancontactmrcash
payment-visa
payment-mastercard
payment-paypal
FRFrance